Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog d'EFB
  • Le Blog d'EFB
  • : Ce site est le "blog" d'EFB. Vous y trouverez des articles, des cours, des liens, des nouvelles, des documents divers mis à votre disposition. En échange, je suis preneur de vos commentaires...
  • Contact

 Ce site est le "blog" d'EFB. Vous y trouverez des articles, des cours, des liens, des nouvelles, des documents divers mis à votre disposition. En échange, je suis preneur de vos commentaires...

 

  Aquesta plana és el "blog" de n'Esteve. Hi trobareu articles, classes, adreces, noticies, documents diversos dels que podreu disposar. En contrapartida, m'agradaria rebre'n els vostres comentaris...

 

 Esta página es el "blog" de Esteve. En ella encontrareis artículos, clases, direcciones, notícias, documentos diversos puestos a vuestra disposición. A cambio, os agradecería que me mandaseis
vuestros comentarios al respecto...

9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 16:49
Il s'agit d'un des articles les plus polémiques de Skinner, paru en 1955. Tout comme son livre Par delà la liberté et la dignité, il est considéré, par ses détracteurs comme la preuve irréfutable qu'il est un ennemi juré de la liberté, de la démocratie et tout ce qui va avec.  Et il est clair que, pour qui ne connaîtrait Skinner que par ces deux écrits, beaucoup de ses affirmations pourraient être mal interprétées. Au risque donc de donner des "arguments" à ceux qui traitent Skinner de liberticide, voire de fasciste, j'ai choisi de le publier car je trouve dommage, sous prétexte de ne pas "apporter de l'eau à leurs moulins" (comme s'ils avaient besoin de ça pour se déchaîner...) de ne pas le rendre accessible à ceux qui, pouvant contextualiser cet article dans l'ensemble de la pensée skinnérienne, pourraient y trouver des réflexions dignes d'intérêt. D'autant plus que, jusqu'à présent, il n'était pas disponible en français. J'en profite donc pour saluer l'excellente traduction des époux Gonthier-Werren, à qui on devait déjà la traduction de Science et Comportement Humain, parue en 2005 chez "In Press" (alors qu'il avait était publié un demi-siècle plus tôt...)


lire l'article




Partager cet article

Repost 0
Published by Esteve Freixa i Baqué - dans Articles "invités"
commenter cet article

commentaires

Wooddy Allen 31 25/06/2012 12:15


Effectivement s'entendre sur les mots, par spiritualité, j'entends bien sûr l'aspiration aux valeurs éthiques, mais cette aspiration ne peut faire l'économie d'un travail sur soi-même, ...


Je pourrais également écrire que la spiritualité vise la connaissance de soi, si illusoire soit-elle... car c'est un chemin de la vie.


La spiritualité peut prendre différentes formes : développer sa sensibilité esthétique, littéraire, travail de l'empathie où par la connaissance de moi j'ai accès à l'autre, autre qui à son
tour m'altère. C'est l'éveil à la beauté de la nature.


La spiritualité comme apprentissage de la sagesse.


Après que face au mystère du grand tout, mystère car il est intelligible (science), certains soient panthéistes (Spinoza), agnostiques, deistes (franc-maçonnerie) ou choisissent une voie ou
plutôt une pratique liée à une spiritualité bouddhisme, judaisme, christianisme, etc. Qu'importe, à partir du moment où cette pratique apporte ouverture, humanisme, compréhension réciproque et
surtout que l'on ne mélange pas les divers champs,  on peut être poéte et mathématicien à la fois, mais pas aux mêmes moments, et pas pour aborder les choses de la même manière....
sinon, confusion, fusion et implosion...


à plus l'ami


 


 

Woody Allen 31 24/06/2012 10:10


cher Estève


plus qu'une foi religieuse, je parlerai de volonté de croire (pour reprendre le titre de l'ouvrage de William James), la religion n'est pas, en soi, liée à une pensée
fermée, j'ai connu bien des personnes religieuses d'une ouverture d'esprit remarquable, et comme le font remarquer aussi bien Abraham Maslow que Antonio Damasio, l'expérience spirituelle est
probablement l'une des plus hautes expressions de l'humanité. Aussi je pense utile, nécessaire de bien distinguer spiritualité et croyance et dans la croyance d'aborder la signification de la
volonté de croyance. Cette volonté de croyance n'est-elle pas une pensée fermée sur elle même ? n'est-elle pas une rassurance à moindre frais de certitudes évitant de se
risquer à la vie ? Si nous étudions Lacan, le sujet n'est-il pas réduit à n'être qu'une flexion dans le champ symbolique, un lieu d'où ça parle ? un sujet évidé de toute vie sensorielle,
affective, bref un sujet vidé de tout sentiment de soi ? Cette volonté de croyance ne se caractérise-t-elle pas par une idolatrie des écrits fondateurs, semblable en cela aux évangélistes ou aux
islamistes (retour à la vie apostolique première, retour aux temps des compagnons du prophète ?  


Pensée quelque peu psychotique ? admirablement aménagée, mais psychotique tout de même...


Je reviens sur la pensée fermée sur elle même, les psychanalystes tels JAM ou Roudinesco ont une propension à l'excommunication redoutable... Pratique de l'exclusion, inaugurée par Freud lui-même
! Et l'excommunié tombe dans la censure, pire dans l'Index interdiction de le lire, il est remarquable que de brillants psychanalystes dissidents soient méconnus en France comme Alfred Adler,
Karen Horney, Erikson, Albert Ellis,  Maurice Berger, etc. Dès qu'on en parle à un "cacanien", on a droit à un sourire narquois plein de mépris... Pire lorsque je leur demande "les avez
lus", j'ai droit à des réponses marquant l'insignifiance de perdre du temps à les lire et qu'il faut être un ignorant pour perdre son temps à lire de telles fadaises... Pratique de
l'excommunication dont Bowlby a fait les frais, il faut lire les diatribes de Mélanie Klein et de son roquet Winnie-coyotte pour effectivement souligner la parenté entre les procès staliniens et
les procès dont Bowlby fut la victime.


Pensée close sur elle même et donc vouée à la répétition, depuis trente ans les psychanalystes ne font que redire le même discours en l'adaptant plus ou moins maladroitement et en intentant des
procès imaginaires, chimèriques (Gori et son "Appel des appels" en est un exemple remarquable).


Le rouleau compresseur des apports de psychologie cognitive, de la neuropsychologie et de la génétique comportementale est tellement puissant que les psychanalystes ne peuvent plus adapter leur
discours et sont donc voués à tenir un discours réactionnaire au sens propre du terme.


Le destin de la psychanalyse ? les authentiques thérapeutes, désertent de façon massive (Cyrulnik, Tobie Nathan, François Roustang...) et les autres tiendront jusqu'à leur mort et après ? plus
rien.


Cela dit en dehors de cela, la psychanalyse étant progressivement chassée de l'enseignement de la psychiatrie, elle se rabat sur les centres de formation des travailleurs sociaux et
médico-sociaux et fait des ravages aux effets nuisibles dans la réalité. Ce pouvoir de nuisance est redoutable quant à la prise en charge et l'accompagnement des diverses populations concernées.
Et là nous débordons le cadre d'un débat "académique" ! Que les psychanalystes soit des faignasses intellectuelles, des croyants, des psychotiques aménagés est une chose, mais leur pouvoir est
redoutable. Pour ne prendre qu'un cas et un seul celui du packing (qui n'est qu'une variante des cures de Sackel aux fondements tout aussi peu scientifiques et controuvés), pratique ahurissante
aux effets aversifs redoutables, que cette pratique puisse faire débat au niveau national, qu'elle puisse être autorisée me laisse pantois et surtout m'indigne quant aux conséquences sur les
victimes !


sur ce bon Dimanche, bien cordialement à vous,


je vous rends l'antenne. 


 


 

Esteve Freixa i Baqué 25/06/2012 09:58



D'accord pour faire la nuance entre spiritualité et religiosité. Mais il faudrait définir "spiritualité". Au sens propre, ce mot désigne le "Caractère de ce qui est spirituel, indépendant de
la matière." ou encore: "Croyances et pratiquesqui concernent la vie de l'âme, la vie spirituelle." Vous comprendrez que pour un matérialiste moniste déterministe (positions que
tout scientifique devrait adopter s'il se veut cohérent), la spiritualité, dans ces sens, me soit tout à fait étrangère. En revanche, le Petit Robert complète ces deux premières acceptions par
une troisième, sur laquelle je me retrouve parfaitement: "aspiration aux valeurs morales."


Comme quoi, il faut bien s'entendre sur les mots...


 



Woody Allen 31 23/06/2012 08:41


Bonjour


et tout d'abord merci pour votre message, nous nous  sentons moins seuls


C'est si rare, hélas, car aussi rares sont ceux qui ont lu et travaillé Skinner, il a tellement été diabolisé, criminalisé, disqualifié, que plus personne ne se donnait le soin de le lire.
Pour ma part, j'ai eu la chance de suivre 1972 un documentaire sur les communautés skinnerrienne et je fus conquis. Malgré ma formation de psy classique (à l'époque uniquement d'orientation
psychanalytique), je me suis mis à le lire, ayant la chance de bien pratiquer l'anglais, je me suis rendu compte combien ses approches étaient pertinentes et n'avaient strictement rien à voir
avec ce qu'en disait la soit-disante "intelligentsia" parisienne, qui préférait les élucubrations de FR. Dolto, la mamie nova de la psychanalyse.


Pour continuer sur les contradiction de la soit-disante intelligentsia, parait-il de gauche, faudrait m'expliquer l'engouement pour Lacan, plus dualiste que lui, plus idéaliste que lui tu meurs !


Il y aurait tellement à dire, là dessus, ce qui m'interroge ce n'est pas que Mélanie Klein soit complêtement folle, que Winnicott ait dit des sottises à partir de vérités premières, que Lacan
soit un provocateur dadaiste, que Dolto soit illuminée, non, c'est pourquoi ce genre d'imposture marche, à quoi cela répond-il ? Pourquoi des gens apriori intelligents et cultivés peuvent-ils
avaler de tels bobards ? Pourquoi cette schizophrénie culturelle de la psychanalyse française... Je suis preneur de toute hypothèse... bon week end et cordialement à vous.

Esteve Freixa i Baqué 23/06/2012 21:57



Je connais très bien, personnellement, les gens de Los Horcones, qui sont venus par deux fois faire des conférences à mes étudiants, d'abord à Lille puis, quelques années plus tard, à Amiens.


Je suis encore une fois entièrement d'accord avec tout ce que vous écrivez. Et la question que vous posez est, en effet , LA
  question. Mais on peut aussi se demander comment autant d'esprits brillants se sont fourvoyés, pendant des décenies, sur le "socialisme réél" (comme on disait à l'époque) sous Stalin, ou
sur la révolution culturelle de Mao, etc. Et tous n'ont pas eu l'honêteté et le courage d'un Jorge Semprun ou d'un Yves Montand pour faire un "mea culpa". Dans les deux cas (psychanalyse
et marxisme) il s'agit d'une autentique foi religieuse. Difficile de renier ce à quoi on a cru toute une vie durand, même quand les preuves de la supercherie sont là...


J'ai tenté, il y a déjà pas mal d'années, de proposer quelques hypothèses pour expliquer pourquoi la France de l'Encyclopédie et des Lumières, de Diderot et de D'Holbach, avait fini par adorer
Freud, Lacan, Dolto, Reich, Betelheim et toute la bande (dont les Roudinesco, les JAM etc. sont les derniers avatars. Vous trouverez ces essais sur ce même blog. Malheureusement, le plus complet
de tous est redigé en castillan. Personne n'est parfait...



Woody Allen 31 21/06/2012 09:30


Les personnes qui diablolisent Skinner ne l'ont jamais lu, ils devraient lire Walden 2 qui est un anti "Meilleur des mondes" et surtout lire attentivement "Par delà le dignité et la liberté"
livre qui a largement inspiré un sociogue tel que Saul Alinsky...


Quand skinner dit que le liberté, tout comme la dignité ne sont que des libertés formelles, cela rappelle ce que disait Marx, auquel Skinner se référe régulièrement, ... en revanche skinner
nous invite à des proscessus de libération, c'est à dire à la liberté en tant que processus opérant... Skinner en bon anarchiste (l'ordre moins le pouvoir) était un devancier de la démocratie
participative.


Mais le pauvre Skinner, en france a eu droit à la double censure du PCF et de la psychanalyse.


toujours dans le même ordre d'idées, il tout de même étonnant que les mêmes tenants de la psychanalyse, sont les premiers quand ils parlent en termes de sociologie à parler de
conditionnements.... Et refusent le conditionnement quand Skinner en parle.... cherchez l'erreur.


Les mêmes dogmatiques  aveugles, vont se référer à la sociologie interactionniste, or celle-ci n'est qu'une extension de Skinner à la sociologie....

Esteve Freixa i Baqué 22/06/2012 14:41



Inutile de dire que je suis à 1000% d'accord avec vous. C'est si rare de lire de tels propos... J'ai l'impression d'avoir passé une partie de ma vie à essayer de faire comprendre justement cela.
Mais la seule personnalité de gauche en France à l'avoir compris c'était Pierre Naville, dont j'ai pas mal parlé sur mon blog. Je vous invite à le découvrir (ou redécouvrir).



benabdelhak 27/11/2010 14:37



je sens que cela va me plaire !! un titre aussi évocateur que du "De La Boetie"...



Esteve Freixa i Baqué 06/12/2010 14:36



Je l'espère. Et attends vos commentaires...