Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog d'EFB
  • Le Blog d'EFB
  • : Ce site est le "blog" d'EFB. Vous y trouverez des articles, des cours, des liens, des nouvelles, des documents divers mis à votre disposition. En échange, je suis preneur de vos commentaires...
  • Contact

 Ce site est le "blog" d'EFB. Vous y trouverez des articles, des cours, des liens, des nouvelles, des documents divers mis à votre disposition. En échange, je suis preneur de vos commentaires...

 

  Aquesta plana és el "blog" de n'Esteve. Hi trobareu articles, classes, adreces, noticies, documents diversos dels que podreu disposar. En contrapartida, m'agradaria rebre'n els vostres comentaris...

 

 Esta página es el "blog" de Esteve. En ella encontrareis artículos, clases, direcciones, notícias, documentos diversos puestos a vuestra disposición. A cambio, os agradecería que me mandaseis
vuestros comentarios al respecto...

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 23:59

  Excellente nouvelle ! Quelqu’un ( et pas n’importe qui, je vous prie de me croire !) qui n’appartient pas du tout au monde des TCC -même pas au monde de la psycho-, vient, avec beaucoup de courage,  de publier ce fracassant aveu : « Quand j’ai fait mes études de philosophie à l’université de Caen, j’ai assisté pendant deux années à un enseignement de psychanalyse au cours duquel on m’a enseigné les rudiments de la discipline. (…) Professeur de philosophie pendant vingt ans dans un lycée, j’ai enseigné consciencieusement ce corpus (acquis dans l’institution universitaire) car Freud est un penseur du bac de philo, un auteur canonique, le grand mamamouchi, avec Nietzsche et Marx, d’une modernité qu’il ne vient à l’idée de personne de nier. Soucieux de préparer mon prochain cours à l’université populaire de Caen, je me suis enquis de la documentation des anti-freudiens et des adversaires de la psychanalyse afin de prendre connaissance de leur dossier. Et, patatras, leur plaidoirie est tellement convaincante qu’il me faut consentir à une révision totale… »

Je connaissais de nom (merci encore, Claire !) ce professeur de philo qui avait déjà à mes yeux deux « bons points » : d’une part, il avait osé démissionner de l’Éducation Nationale pour créer l’Université Populaire de Caen (UPC) et, d’autre part, il avait publié un Traité d’athéologie (dont j’avais inclus quelques extraits dans la troisième livraison -en préparation- des « aphorismes, pensées, citations » que je poste régulièrement dans ce blog). Mais je n’imaginais pas qu’il allait réaliser un tel cheminement, qui témoigne d’une honnêteté intellectuelle exemplaire et, hélas, bien trop rare pour ne pas être saluée avec enthousiasme. J’espère que le fort prestige dont il jouit et la grande audience dont il bénéficie (ses cours à l’UPC sont retransmis sur France Culture -l’une des radios les plus « Freudolâtres » de France ; il va y avoir de l’ambiance…-) feront évoluer les « mentalités » de nos concitoyens. Et, cette fois, il sera difficile aux freudiens de choc (je pense à JAM ou à Elisabeth Roudinesco) d’essayer de s’en tirer en le taxant (au choix) d’antisémite, scientiste, droitier, anglo-saxon, comportementaliste et autres noms d’oiseau.

Je publie donc, avec son accord, deux chroniques récentes parues dans Siné Hebdo et une interview dans un « Hors série » du journal Le Point. L’une des chroniques était illustrée par un dessin de Bertz dans lequel un patient, allongé dans le divan dit : « ça y est, je vois clair, vous êtes une pourriture de charlatan et un fieffé escroc ! ». Et le psychanalyste, imperturbable, de répondre : « Bingo ! Mes théories sont justes : la connaissance s’acquiert sur le divan »


lire les 3 textes de Michel Onfray

________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Esteve Freixa i Baqué - dans Articles "invités"
commenter cet article

commentaires

Axel Evigiran 28/04/2010 10:29



Par les hasards des liens laissés sur la toile par des
commentateurs suite à la mon  article publié ce samedi sur agora Vox, à propos justement de la réplique d’E.Roudinesco à Michel Onfray, je découvre
avec grand plaisir votre blog (le lien renvoyait sur votre publication : « Elisabeth Roudinesco ou comment utiliser les médias pour
discréditer les opposants à la théorie freudienne » que j’ai lu avec fort grand
intérêt).


 


Lorsque vous écrivez : « Et, cette fois, il sera difficile aux freudiens de choc (je pense à JAM ou à Elisabeth Roudinesco) d’essayer de s’en tirer en le
taxant (au choix) d’antisémite, scientiste, droitier, anglo-saxon, comportementaliste et autres noms d’oiseau. », on peut dire que vous aviez fort
bien anticipé l’inévitable - et indigne - tentative de discréditation, de ces thuriféraire de la psychanalyse qui, n’ayant rien  à dire sur le fond,
cherchent à « atomiser » leurs adversaires d’une manière pour le moins fort peu élégante. Dans cette dernière diatribe d’E.R à l’encontre de Michel Onfray, il y avait, dans un seul
texte, toute la panoplie des noms d’oiseaux que vous avez énuméré…


D’ailleurs, dès que l’on se permet de critiquer la
psychanalyse l’hystérie n’est jamais loin.


 


A la suite de l’émission « Du grain à moudre » de jeudi dernier sur France-Culture, avec pour invité Michel Onfray, à la suite d’une contribution d’un ‘freudolâtre’ sur son blog,
Brice Couturier, l’animateur et producteur de l’émission répondait : « Si les sectes psychanalytiques en sont à ce genre d’anathème pour tenter
de défendre de vieilles murailles qui craquent de partout, on peut en effet craindre pour leur avenir… » Ainsi les choses semblent changer dans le bon sens.


 


Ps : vous avez tout à fait raison quant à l’omniprésence du
discours psychanalytique sur France-culture.


 


Lien vers ma contribution :


http://aevigiran.over-blog.com/article-le-crepuscule-d-une-idole-l-affabulation-freudienne-elisabeth-roudinesco-riposte-49173058.html



Esteve Freixa i Baqué 03/05/2010 08:45



Merci beaucoup de votre commentaire, que je partage entièrement. Je suis allé voir sur votre blog et j'ai beaucoup aimé ce que vous écriviez sur la question. Je le recommande vivement. Si vous
écrivez d'autres choses sur la question, où si vous en voyez passer, je suis preneur. Merci encore. Je reste à votre disposition.



marcus miller 15/01/2010 12:36


Entendu!


Marcus Miller 10/12/2009 10:45


Michel Onfray n'est pas un grand philosophe. Il est approximatif dans la citation de ses sources, parade là où il faudrait argumenter, et navigue au gré des courants.
Pas une référence, à mon sens, mais bon... Dans tous les cas, un argument d'autorité (c'est Michel Onfray qui l'a dit, alors vous voyez bien!) dans la bouche d'un tenant de la vérité scientifique
pure et dure, c'est amusant...


Esteve Freixa i Baqué 15/12/2009 23:02


Merci, Monsieur Miller, d'avoir pris le temps de lire ce papier et de poster votre commentaire.
Comme je l'ai indiqué, mon inculture est telle que, il y a un an, je n'avais même pas entendu parler de Michel Onfray. J'ai donc lu très peu de choses de lui, ce qui ne me permet pas de me
prononcer sur la question de savoir si c'est un grand philosophe ou pas. Apparemment, vous le connaissez bien puisque vous pouvez vous permettre un jugement aussi catégorique (jugement, j'insiste,
que je ne peux discuter par manque de connaissances). Ce que je peux, en revanche, affirmer, c'est que Michel Onfray est un philosophe honnête et courageux, pour les motifs que j'ai exposés. Tout
le monde n'est pas capable d'avouer publiquement: "j'étais dans l'erreur". Beaucoup de staliniens n'y sont jamais parvenus. J'ai toute mon admiration pour ceux qui, que ce soit dans le domaine de
la religion, la politique ou le savoir, ont l'humilité d'une telle confession.
J'ai une sainte horreur des arguments d'autorité. Cela vient de loin. De bien avant d'être "un tenant de la vérité scientifique pure et dure". Je n'aurais jamais pu être moine à cause du satané
voeu d'obéissance. C'est vous dire s'il était loin de moi l'idée d'utiliser Michel Onfray comme un argument d'autorité. Si telle est l'impression que j'ai donnée, je présente toutes mes excuses. Je
voulais juste signaler que Michel Onfray n'appartenait pas à la nébuleuse "psy" et qu'il ne pouvait donc pas être soupçonné de partialité de par ses propres options dans la matière. Et,
accessoirement, qu'étant donné son impact médiatique, sa conversion pouvait avoir plus de retentissement que 30 ans de combat de l'obscur prof de province que je suis. C'est tout.
Ps. J'espère qu'il est évident pour tous que c'est exprès que j'ai employé un vocabulaire religieux (aveux, confession, sainte, satané, moine, conversion...)


Loïc 06/11/2009 20:07


Whaou ! Le changement de point de vue de Mr Onfray est vraiment radical ! Cela me fait vraiment plaisir de voir quelqu'un d'aussi influent que lui (il possède tout de même une très grande
notoriété) prendre position de façon aussi convaincante contre la psychanalyse. Cela montre à mon sens une très grande ouverture d'esprit et une énorme capacité à se remettre en question... Chapeau
! Esperons que le livre noir de la psychanalyse continue à faire des emules.


Esteve Freixa i Baqué 07/11/2009 23:37


Espérons, en effet !!!