Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog d'EFB
  • Le Blog d'EFB
  • : Ce site est le "blog" d'EFB. Vous y trouverez des articles, des cours, des liens, des nouvelles, des documents divers mis à votre disposition. En échange, je suis preneur de vos commentaires...
  • Contact

 Ce site est le "blog" d'EFB. Vous y trouverez des articles, des cours, des liens, des nouvelles, des documents divers mis à votre disposition. En échange, je suis preneur de vos commentaires...

 

  Aquesta plana és el "blog" de n'Esteve. Hi trobareu articles, classes, adreces, noticies, documents diversos dels que podreu disposar. En contrapartida, m'agradaria rebre'n els vostres comentaris...

 

 Esta página es el "blog" de Esteve. En ella encontrareis artículos, clases, direcciones, notícias, documentos diversos puestos a vuestra disposición. A cambio, os agradecería que me mandaseis
vuestros comentarios al respecto...

26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 06:56
Bonne nouvelle pour les autistes (et leurs familles) ! : le gouvernement teste l'approche comportementale (méthode issue de l'ABA, qui a fait ses preuves partout ailleurs) de ce trouble du développement. Francis Perrin sera ravi (voir son plaidoyer). Mais cela ne plaît pas à notre cher Jacques-Alain Miller. Extrait de son blog:

lire le plaidoyer de Francis Perrin

lire le blog de JAM

Regarder un débat, datant de 2005 où, le Pr. Golse, fàce à francis Perrin et au président d'une association de parents, montre à quel point il peut être odieux, en pourrissant le débat, en monopolisant la parole, en coupant systématiquement les autres, etc. Il y a là une très révélatrice forme de domination de la part du professionnel de la parole.

Et un dialogue de Francis Perrin avec "le" Gérard Miller de la télévision (et frère de JAM par ailleurs...)

Francis Perrin : « La haine ne permet pas d’avancer »

Gérard Miller - publié le 10/05/2012

Comédien, réalisateur, directeur de théâtre, Francis Perrin publie avec son épouse, Gersende, Louis, pas à pas (JC Lattès), un livre qui veut « redonner espoir aux parents » et montrer que « l’autisme n’est pas une fatalité ».

Vos parents travaillaient dans le cinéma. Enfant, ça vous a influencé ?
Non, pas du tout, mes parents ne me parlaient pas de leur métier et encore moins des acteurs puisqu’ils étaient techniciens. J’ai appris très tard que ma mère avait été la scripte de Sacha Guitry. Quant à mon père, s’il a joué un rôle dans la naissance de ma passion, c’est en m’emmenant très tôt au théâtre. La première fois, j’ai été fasciné par le lever du rideau, au début du spectacle. J’ai vu tout un univers s’ouvrir devant moi et je me suis dit : « Tiens, je suis ailleurs. »

Des années plus tard, trois fois primé au Conservatoire, vous avez trouvé logique d’entrer à la Comédie-Française ?
Oh, vous savez, rien dans ma vie ne m’a jamais semblé logique ! De fait, j’avais déjà monté des pièces et j’avais écrit plusieurs spectacles burlesques.
On avait commencé à me remarquer, mais je m’attendais d’autant moins à entrer à la Comédie-­Française que je venais juste de signer avec un ­théâtre de boulevard pour jouer le rôle du fils de Jean Poiret dans La Cage aux folles !

C’est ce qui explique que vous ayez quitté les lieux aussi vite ?
Me retrouver dans cette maison de rêve à 25 ans, à côté d’acteurs que j’admirais depuis toujours comme ­Jacques Charon, Geneviève Casile ou Robert Hirsch, était extraordinaire, mais je n’ai pas supporté l’agressivité de l’administrateur général, Pierre Dux. Je l’ai admiré comme comédien, je l’ai détesté comme homme.

Que diable vous a-t-il fait ?
Il disait par exemple au jeune homme que j’étais : « Vous n’avez pas de voix, pas de physique, vous ne jouerez jamais les premiers rôles. » Comme je ne supporte pas les conflits, je suis parti, ce qui m’a été finalement bénéfique, puisque j’ai retrouvé ce à quoi je tiens le plus : mon indépendance.

Pourquoi avoir ensuite privilégié si longtemps les rôles de rigolo ou de gaffeur sympathique ?
Mon physique et ma manière de parler amusaient et, à défaut d’être intelligent, je suis malin. J’ai vu là une opportunité pour jouer un personnage conforme à ce qu’on me demandait. Je ne renie rien de ce passé, mais comme, l’âge venu, on me propose bien d’autres rôles, je suis ravi. Quand je joue au théâtre un personnage horrible, que je détesterais dans la vie, et que certains spectateurs crient : « Salaud ! », je suis heureux comme tout.

Des salauds, on a le sentiment, en lisant votre livre, que votre femme et vous en avez rencontrés beaucoup, quand vous cherchiez une prise en charge adéquate pour votre petit garçon autiste ?
Quand vous allez voir un psychiatre dans le but qu’il vous aide et qu’il vous répond : « Laissez tomber, il faut que vous fassiez le deuil de votre enfant », vous avez bien du mal à ne pas lui en vouloir. Mais Louis a aujourd’hui 10 ans, il est autonome, et nous n’avons pas écrit ce livre par haine, mais par amour.
La haine, les sentiments violents, ne permettent jamais d’avancer.

Et voici le compte rendu, dans Paris Match, du livre de Francis et Gersande Perrin, par une certaine Valérie Trierwieler... Si même la première dame s'y met... Cela nous change des louanges télévisées vis à vis de la psychanalyse d'une certaine Carla Bruni-Sarkozy...

Repost 0
Published by Esteve Freixa i Baqué - dans Actualité
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 06:28
Dans ce blog nous avons publié un travail sur l'amandement Accoyer visant à réglementer le titre de psychothérapeute. Nous y disions que, à l'heure actuelle, les décrets d'application n'étaient toujours pas parus car chaque tentative se soldait par une levée de boucliers de tel ou tel groupe de pression. En voici un exemple récent: celui protagonisé par l'inénarrable Jacques-Alain Miller (JAM pour les intimes) dans les colonnes du Point. Après les chantages électoraux auprès de François Hollande (voir mon article "Science et idéologie" dans ce même blog), voici qu'il plaide auprès de Carla Bruni (devenue première dame de France, comme on dit) la cause de la psychanalyse. Je crains qu'il aura, encore une fois, gain de cause: lorsque l'on a été capable de faire renier un Ministre de la République un rapport comandé par ses propres services à l'Inserm (voir le dossier: A propos du Rapport de l'INSERM sur l'efficacité comparée des psychothérapies  dans ce même blog), nul doute qu'il ne fera qu'une bouchée (même pas double) du texte de ce pauvre Accoyer, coupable d'avoir voulu protéger les usagers de la nébuleuse "psy" (plus de 300 formes de psychothérapie récensées dans notre pays!!!) des charlatans et sectaires de tout poil.
Je joins aussi, sur la question, un dossier "piqué" au ste Internet de Libération.

lire l'article de JAM

lire le dossier de Libé

Et pour ce qui est des rapports des psy (en général) et des psychanalystes en particulier avec l'argent, lire les démêlés de JAM avec le fisc



Repost 0
Published by Esteve Freixa i Baqué - dans Actualité
commenter cet article